"Vivre pleinement face à la peur" - 20 ans après, le message des frères de Tibhirine

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 22 mars 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

Grand Angle

© Bruno ROTIVALCIRIC - Mars 2012, p. Jean-Pierre Schumacher, dernier survivant du monastère de Tibhirine

"Sans naïveté ni concession, vivre pleinement face à la peur." Le message des moines assassinés en Algérie résonne avec force dans une Europe traumatisée. Par Christophe Henning.

Il y a 20 ans, dans la nuit du 26 au 27 mars 1996, sept moines du monastère de Tibhirine étaient enlevés avant d'être assassinés. Ces hommes de prière avaient choisi de rester sur place en dépit des fractures douloureuses qui déchiraient l'Algérie. Le film de Xavier Beauvois, "Des hommes et des dieux" (2010), a certes fait connaître les sept moines trappistes à un plus large public. On reste manifestement très attaché en France à ce qu'ont représenté ces religieux.
 

Ils ont laissé un témoignage de "fidélité, d'enracinement et d'amour de l'autre"

 

Le sens du don

"Le message des frères était un message d'humanité." Pour le p. Thomas Georgeon, la publication du testament de Christian de Chergé a permis de comprendre le sens du don qui animait ces moines. L'annonce de l'enlèvement puis, deux mois après, la découverte des corps ont provoqué une onde de choc.

Avec le témoignage de Christian de Chergé, on est frappé par "cette vie donnée et ce pardon donné tout de suite", comme l'explique Hilaire de Chergé. Le prieur de Tibhirine avait en effet pardonné à l'avance ses bourreaux. Son neveu précise: "Le point crucial du testament c'est vivre sans naïveté ni concession et vivre pleinement face à la peur et face au climat de violence qui semble se généraliser ici et dans le monde".
 

 



 

un témoignage de fidélité

Les écrits des religieux ont donné une portée universelle à un héritage spirituel qui a dépassé les frontières de l'Eglise. Ils ont laissé un témoignage de "fidélité, d'enracinement et d'amour de l'autre", analyse le postulateur de leur cause. Il ajoute que "dans un monde où le communautarisme est si fort, où la peur de l'autre est si prégnante, le message des frères est un message d'acceptation de l'autre malgré sa différence".
 

des Figures de sainteté en Algérie

La renommée de sainteté de Tibhirine ne doit pas éclipser le don de soi d'autres religieuses et religieux assassinés entre 1994 et 1996. Mgr Pierre Claverie, évêque d'Oran (en 1996) ; quatre pères blancs à Tizi Ouzou (en 1994) ; Frère Henri Verges (en 1994)... Des figures de l'Eglise d'Algérie qui ont toutes nourrit une réflexion importante avant de faire le choix de rester sur place, au risque de la mort.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions