Comment dire stop au harcèlement scolaire?

Présentée par

S'abonner à l'émission

La Vie est un Art

lundi 30 avril 2018 à 22h00

Durée émission : 25 min

Comment dire stop au harcèlement scolaire?

© frank mckenna / Unsplash - L'enfant victime de harcèlement souffre d'un stress chronique

"Quand on est enfant on veut généralement ressembler aux autres." Et les enfants victimes de harcèlement scolaire font l'objet de moqueries parce qu'ils sont différents.

Un enfant sur dix est concerné par la harcèlement scolaire. Et ça ne s'arrête aux murs de l'école, les victimes de cyber-harcèlement le sont même chez eux. Pour prévenir ce type de situation, la psychologue clinicienne Aude Bastien Durand intervient dans les écoles. À noter, il existe un numéro d'appel national: élèves, parents et professionnels peuvent appeler le 3020.
 

"Les moqueries se fondent toujours sur une différence"

 

Qu'est-ce que le harcèlement scolaire?

"On ne peut pas parler de harcèlement s'il y a une moquerie isolée", Aude Bastien Durand. Pour qu'il y ait harcèlement il faut une situation répétitive. D'une fois par jour à une fois par semaine, voire deux ou trois fois par mois pendant plusieurs années. Il y a aussi un mécanisme qui s'installe entretenu par le silence de la victime qui éprouve de la honte. 

Le regard des témoins joue un rôle important dans une situation de harcèlement. Souvent, l'enfant qui fait vivre le harcèlement à l'autre "souffre d'un problème estime personnelle" et cherche "l'estime des autres par le harcèlement".
 

Ce que ça provoque chez l'enfant harcelé 

Sans cesse préoccupé par l'idée qu'il peut à tout instant ressentir de la honte, l'enfant victime de harcèlement souffre d'un stress chronique. Les maux de tête et de dos sont généralement les conséquences d'une crispation musculaire. 

Toujours en hyper vigilance, la victime de harcèlement peut développer des troubles obsessionnels et des symptômes phobiques, comme une phobie scolaire. Mais le harcèlement peut aussi générer une perte d'envie, une tristesse, voire de l'irritabilité ou un comportament agressif avec l'environnement familial.
 

Qui sont les victimes de harcèlement à l'école?

"Quand on est enfant on veut généralement ressembler aux autres", rappelle Aude Bastien Durand. Ainsi "les moqueries se fondent toujours sur une différence". On est soit trop maigre, soit trop gros, on n' apas la même couleur de cheveux, on est bon élève... 30% des moqueries se font parce qu'on est bon en classe.

C'est aussi aux parents d'être attentifs, car l'enfant victime de harcèlement ne dit pas ce qu'il vit. Et d'un autre côté, il est bien évidemment difficile pour un parent de supposer que son enfant puisse faire du mal à un autre. "Quand on est parent on ne se doute pas de ce que nos enfants peuvent dire... On a tous en nous une dualité, du bon et du mauvais."

 

Invités

  • Aude Bastien Durand, psychologue clinicienne, conférencière, formatrice

Sur le même thème :

Les dernières émissions